Articles scientifiques et vidéos – Efficacité et sécurité de la Trans PKR

Etude publiée à la SFO 2011: PKR standard versus PKR transépiheliale (Trans PKR) : résultats anatomiques et fonctionnels.

(par V. Kocaba-Salles et Professeur C. Burillon des hôpitaux civils de Lyon)

Conclusion de l’étude :

La TransPKR, nouvelle technique totalement non contact, permet donc de diminuer la douleur pré et postopératoire ainsi que le nombre de retard de cicatrisation tout en ayant des résultats réfractifs similaires à ceux de la PKR standard.

Introduction

Etude prospective comparant les résultats anatomiques et fonctionnels de la PKR standard à la PKR transépiheliale, nouvelle technique totalement non contact. Evaluation des résultats réfractifs de la PKR transépiheliale. Comparaison de la douleur pré et postopératoire entre les deux techniques. Comparaison des complications postopératoires.

Matériels et Méthodes

60 patients ont été inclus soit 120 yeux. 60 yeux ont été traités par PKR standard (traitement réalisé en deux temps : ablation mécanique de l’épithélium cornéen après application d’alcool puis traitement réfractif par laser Excimer, Amaris, Schwind), 60 par PKR transépiheliale (traitement non contact en un temps par laser Excimer) répartis en deux groupes selon la modalité de traitement. Critères étudiés : âge, sexe, réfraction pré et postopératoire, complications postopératoires : retard de cicatrisation, haze, sur ou sous correction, décentrement de la zone traitée, douleur pré et postopératoire à J1, J2, J3 évaluée par l’Echelle Visuelle Analogique cotée entre 0 et 10 (0:absence de douleur, 10:douleur insupportable).

Résultats

Les deux groupes se sont révélés comparables en termes d’âge, de sex-ratio, de réfraction pré et post-opératoire. Il n’apparaît pas de différence significative en terme de sur ou de sous correction, de haze ou de décentrement de la zone traitée. Il existe en revanche une différence significative en nombre de retard de cicatrisation puisque cinq cas ont été dénombrés dans le groupe PKR contre aucun dans le groupe Trans PKR.

Discussion

La Trans PKR se montre tout aussi efficace que la PKR standard pour le traitement réfractif de surface. En revanche, cette technique permet non seulement de s’affranchir de la douleur pré opératoire mais également de diminuer très nettement la douleur post-opératoire, l’ablation épithéliale étant strictement identique à la zone optique traitée (en moyenne 6,5mm de diamètre). L’ulcère créé est ainsi de plus petite taille ce qui diminue la durée de cicatrisation, ceci peut également expliquer l’absence de retard de cicatrisation dans le groupe Trans PKR.

Etude effectuée par le Haug Lasik Centrum de Pforzheim, Allemagne :
Résultats à un mois et 3 mois après Trans PKR

Conclusion :

Nos résultats avec la Trans-PRK sont conformes aux résultats déjà publiés versus PRK / LASEK / EpiLASIK.
Les principaux avantages consistent en un temps de récupération plus court et le traitement en une seule étape avec diminution significative des risques post opératoires.

C’est une technique permettant une plus petite abrasion de l’épithélium et donc une  ré-épithélialisation plus rapide, avec moins d’inconfort et de la douleur ainsi que moins de risque d’infection en raison de la guérison épithéliale rapide. Chez tous les patients, l’épithélium est cicatrisé au 3ème jour post opératoire.

Voir l’étude complète

Clinical Ophthalmology
Comparison of single-step reverse transepithelial all-surface laser ablation (ASLA) to alcohol-assisted photorefractive keratectomy

Ioannis M Aslanides1, Sara Padroni1, Samuel Arba Mosquera2, Antonis Ioannides1, Achyut Mukherjee1,
1Emmetropia Mediterranean Eye Institute, Heraklion, Crete, Greece;
2Schwind eye-tech-solutions GmbH, Kleinostheim, Germany

Objectif :

Evaluer la douleur post-opératoire, la guérison de l’épithélium cornéen, le développement du voile cornéen (haze), les résultats de réfraction, et les aberrations de la cornée dans un traitement  en une seule étape, kératectomie photo transépiheliale modifié ( PRK ), appelé All- surface par ablation laser ( ASLA ) (autre nom de la transPKR ndlr) , par rapport à la PRK classique avec retrait de l’épithélium à l’alcool.

Matériel et méthodes :

Soixante yeux de 30 patients myopes ont été recrutés de façon prospective. Les patients ont subi une PRK avec abrasion à l’aide d’alcool conventionnelle dans un œil (groupe de contrôle ) et PRK transépiheliale ASLA modifié dans le 2ème groupe (30 yeux dans chaque bras de traitement) . Les critères primaires étaient la douleur et la brume scores post-opératoires à 1 jour, 3 jours, 1 semaine, 1 mois, 3 mois, 6 mois et 12 mois . Les critères secondaires étaient l’acuité visuelle à 1, 3 , 6 et 12 mois , aberrations cornéennes à 3, 6 et 12 mois , et le début et la brume de début tardif.

La prévisibilité de réfraction, la sécurité et l’efficacité des deux méthodes ont été envisagées.

Résultats : L’âge moyen de la cohorte était de 29 ans (écart-type [ SD ] : 9 ; gamme : 18-46 ) , et l’erreur de réfraction équivalent sphérique moyen était de -4,18 dioptries ( SD: 1,9).

A 3 jours après la chirurgie , le score moyen de la douleur était de 64% inférieure dans le groupe de l’ASLA (trans PKR)( P , 0,0005 ).

À ce stade, 96 % des yeux ASLA/transPKR n’avait pas de lésion épithéliale , tandis que 43 % dans le groupe avec  alcool n’a pas atteint la guérison complète de l’épithélium.

Le niveau de trouble était toujours plus faible dans le groupe de ASLA/transPKR à tous les contrôles de 1 à 6 mois.

Conclusion :

Cette étude montre que la technique de l’ ASLA/transPKR peut avoir un rôle futur dans la chirurgie réfractive , du fait qu’il offre une guérison plus rapide de l’épithélium , des scores de douleur plus faibles , et beaucoup moins de formation de voile cicatriciel (haze)

Voir le pdf de l’article complet

Trans PKR : étude réalisée sur les résultants cliniques par Clinical results

Ali Fadlallah, MD, Daoud Fahed, MD, Khalil Khalil, MD, Ibrahim Dunia, MD…
Et publié dans le Journal Cataract Refractive Surgery 2011

Objectif : évaluer l’efficacité, la sécurité et le confort de la Trans PKR en utilisant la plate-forme laser Amaris.
Cadre : ophtalmiques Consultants de Beyrouth , Jal -El- Dib , Metn , Liban .

Méthode : Des yeux myopes avec ou sans astigmatisme ont été traités par trans PKR ( étude groupe ) et comparé aux yeux d’un  groupe témoin traité en PKR conventionnelle) au cours de laquelle l’épithélium a été retiré avec de l’alcool .

La douleur postopératoire, la guérison épithéliale, l’acuité visuelle, la réfraction manifeste, et la brume cicatricielle (haze) ont été analysés.

Résultats : Le score moyen de la douleur postopératoire subjective (sur 10, indiquant la pire douleur) à 48 heures était de 2,0 dans le groupe d’étude transPKR (50 yeux ) et de 4,5 dans le groupe de contrôle PKR classique (50 yeux ) (PZ.02).

Le délai pour obtenir la guérison épithéliale moyenne était de 2,5 jours G0.6 (SD) et 3.7G0.8 jours, respectivement (PZ.01).

A 1 semaine, la UDVA était significativement meilleure dans le groupe témoin, mais à 3 mois, il n’y avait pas de différence statistiquement significative dans UDVA , la distance acuité visuelle corrigée, ou réfraction manifeste entre les groupes.

Le Haze a été significativement moindre dans le groupe d’étude Trans PKR ( P < 0,01 ).

CONCLUSION : La Trans PKR pour une myopie légère à modérée avec ou sans astigmatisme a été reconnu plus sûr et plus facile à réaliser que la PRK classique, et les patients avaient moins de douleur, moins de gène postopératoire, moins de brume cicatricielle (haze), et un temps de guérison plus rapide.

Les résultats d’acuité visuelle avec les deux techniques étaient comparables.
Journal Cataract Refractive Surgery  2011; – : — Q 2011 ASCRS et ESCRS

Voir le PDF de l’article complet

Partagez cet article:Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *